Pour un nouveau partage de la charge pastorale

Un important message de notre archevêque, Monseigneur Gérald Cyprien Lacroix, cardinal, sur le nouveau partage des responsabilités pastorales dans notre diocèse.

Avec l’accord de l’Archevêque, le Comité des nominations du Diocèse de Québec a résolu qu’il fallait aller de l’avant dans les prochains mois avec une réorganisation de la charge pastorale pour l’ensemble du territoire et cette réorganisation se réalisera dès l’été 2021.  Rappelons qu’il y a sur l’ensemble du territoire diocésain 11 postes de prêtres en responsabilité qui viennent à échéance à l’été 2021 et on constate qu’il n’y a pas 11 prêtres disponibles pour « combler » ces postes. En certains endroits, il faut nommer de nouvelles personnes. Il faut donc donner un coup de barre avec de nouveaux territoires et de nouvelles configurations d’équipes.

Les autorités diocésaines ne peuvent plus reporter dans 2 ou 3 ans en poursuivant les réflexions et la sensibilisation. Il y a maintenant urgence de procéder à des changements!

Un coup de barre à donner!

Des changements majeurs doivent être opérés prochainement dans huit regroupements qui touchent 21 paroisses, donc la majorité des communautés locales du diocèse. L’un de ces regroupements touche notre paroisse: la paroisse de La-Transfiguration-du-Seigneur sera invitée à partager ses responsabilités pastorales avec sa voisine, la paroisse Notre-Dame-de-Foy.

Les huit regroupements sont des territoires élargis où au moins une nomination de prêtre en première responsabilité doit être faite au printemps 2021. Dans tous les cas, la priorité doit absolument être mise sur l’évangélisation car la vie des communautés chrétiennes et l’annonce de l’Évangile sont en péril. Prioriser l’évangélisation, c’est accepter de changer radicalement notre approche de la mission pastorale, l’investissement de nos énergies et de notre personnel. L’accent doit dorénavant être mis sur la formation chrétienne des adultes, le partage de la Parole, les familles, la pastorale-jeunesse, l’accueil des personnes blessées par la vie, la justice sociale, etc.

Par ailleurs, nous devons nous rendre compte que ne pouvons plus offrir des eucharisties en grand nombre sur tout le territoire à tous les dimanches comme on essaie de le faire. Il y a de moins en moins de prêtres et ils ne doivent plus être entièrement ou exclusivement accaparés par les messes et les funérailles. Ils doivent pouvoir eux aussi contribuer aux efforts d’évangélisation! Bref, il faut dégager les prêtres le plus possible de toutes les questions d’administration.

Sur les regroupements de paroisses:

Notre archevêque nous précise toutefois qu’il n’est pas question ici de s’engager à nouveau dans une opération juridique de réduction du nombre de Fabriques au moyen d’annexions ou de fusions. Une telle demande pourrait être examinée seulement dans le cas où des milieux souhaiteraient prendre ce chemin en raison d’un constat de non-viabilité. Comme l’expérience des dernières années nous le montre, regrouper des communautés sans transformer la manière d’exercer la charge pastorale ne nous permet pas de relever les défis qui sont devant nous.

Les prêtres et la transformation de la charge pastorale

Dans les scénarios à déterminer pour assurer la coordination pastorale et la mission dans les communautés chrétiennes d’un territoire, il ne faut pas s’imaginer qu’il va y avoir un grand nombre de prêtres. Il peut s’agir de 2 prêtres qui seront en responsabilité pour animer la charge pastorale avec une petite équipe de personnes mandatées (rémunérées ou non). La répartition des effectifs presbytéraux devra tenir compte des besoins de l’ensemble diocésain où d’autres milieux auront aussi besoin de prêtres suite à des départs. Tout ne repose pas sur les prêtres et sur l’équipe pastorale. C’est pour cela qu’il faut prévoir ce qu’on peut appeler un « noyau local » ou une « équipe locale ». Le Diocèse souhaite mettre en place une modalité de prise en charge pastorale qui puisse demeurer stable pendant un bon moment. Mais nous sommes dans une situation de transformation continue, de mobilité. Les mandats qui sont confiés aux personnes dans les équipes mixtes auront une durée indéterminée, même si une certaine stabilité est souhaitée.

Résumé des principaux éléments à retenir de cette importante annonce:
  1. Compte tenu des effectifs presbytéraux et des postes de prêtres en responsabilité première (curés, modérateurs, administrateurs) il devient nécessaire d’attribuer de plus grands territoires à de nouvelles équipes pastorales portant une vision missionnaire.
  2. Les changements seront effectifs dès l’été 2021.
  3. La responsabilité des équipes doit être transformée: tournée vers la mission plutôt que la conservation (ou, dit autrement, le maintien de ce qui se fait actuellement).
  4. Le projet pastoral et les services doivent être repensés, l’accent doit être mis sur l’évangélisation : la formation chrétienne des adultes, le partage de la Parole de Dieu, de nouvelles propositions pour rejoindre la jeunesse, les jeunes adultes et les familles, la dimension sociale de la foi. Il faut envisager la réduction des célébrations sacramentelles et le développement d’autres types de rassemblements.
  5. Une organisation pastorale différente pour la coordination des communautés et la réalisation de la mission avec le maintien des paroisses actuelles.
  6. Réalistement, ce sera 2 ou 3 prêtres qui seront en responsabilité sur l’ensemble du territoire. Quelques autres prêtres pourraient contribuer comme collaborateurs sans partager l’entière responsabilité.
  7. Des équipes mixtes devront être formées (c’est-à-dire des équipes formées de ministres ordonnés et de personnes laïques –mandatées ou non-mandatées, rémunérées ou non rémunérées).
Message intégrale de l’archevêque de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix:

L’exercice du leadership en paroisse, au sein de l’Église catholique de Québec, changera de visage dès 2021. En concertation avec les équipes pastorales, la façon d’organiser le partage des responsabilités dans les communautés chrétiennes sera transformée, afin de relever les défis d’une Église en terre de mission. L’archevêque de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, accompagné des deux évêques auxiliaires Mgr Marc Pelchat et Mgr Martin Laliberté, p.m.é., et de Mme Marie Chrétien, coordonnatrice de la pastorale diocésaine, nous présentent les changements en cours.


Partagez cet article