L’église de St-Augustin

Église actuelle

L’église actuelle de la paroisse de Saint-Augustin-de-Desmaures est un édifice d’âge respectable. Depuis sa construction (1809-1816) elle a subi, population oblige, un important agrandissement et plusieurs rénovations.

Une première chapelle avait d’abord été érigée sur la grève, si près de l’eau que les crues printanières forcèrent son déplacement un peu plus en retrait du fleuve et, par la même occasion, un peu plus en aval. Rapidement devenue trop petite, cette chapelle sera remplacée par une église en pierre. Mais la population, poussée par le désir d’établir ses fils, cherche plus au nord des terres à cultiver. L’église suivra ses paroissiens et escaladera la falaise, se retrouvant ainsi plus au centre du territoire. C’est autour de celle-ci que se développera le village actuel. Pour plus d’information, consulter le site www.histoirestaugustin.com

Rénovation 2015 – Incrustation

Significations et symboles des médaillons incrustés au plancher de l’église de Saint-Augustin
« Il est habituel, dans les églises catholiques, d’utiliser les motifs au sol pour proposer un parcours spirituel et significatif.

Le médaillon situé près de la porte d’entrée nous rappelle que nous avons franchi le seuil de la maison de Dieu et que nous sommes désormais au cœur d’un temple qui lui est spécialement consacré. Il est constitué de deux symboles.

Le premier est le Chrisme; un monogramme formé par la superposition des deux premières lettres du mot Χριστός (Christ) en Grec ancien. Il s’agit d’un symbole chrétien ancien dont la popularisation remonte à l’empereur romain Constantin qui l’aurait utilisé sur ses étendards lors de la bataille décisive du pont Milvius en 312 après l’avoir aperçu en songe.

Le Chrisme est flanqué de chaque côté par la première et la dernière lettre de l’alphabet grec, à savoir l’Alpha et l’Oméga qui nous rappellent que toute chose est en Dieu puisqu’il est à la fois le commencement et la fin.

La combinaison de ces deux symboles remonte à l’Antiquité chrétienne et nous rappelle le lien étroit entre l’œuvre du Christ et la Création. Les petits médaillons de l’allée centrale ont un rôle principalement décoratif. Toutefois, l’usage de l’étoile n’est pas anodin et nous rappelle l’étoile de Bethléem qu’on suivi les mages à la naissance du Christ afin de rencontrer le Dieu incarné. Il n’est donc pas un hasard que cette étoile emprunte aussi la forme de la rose des vents qui guide nos pas vers la bonne direction.

Au bout de l’allée centrale, le dernier médaillon, situé devant le chœur, se base sur la théologie de saint Augustin d’Hippone à qui notre église est dédiée. L’œuvre philosophique et religieuse de celui-ci est intimement liée à la pratique des vertus théologales telles que décrites par saint Paul et s’illustre par les symboles chrétiens de la foi (la croix), de l’espérance (l’ancre) et de la charité (cœur). La localisation du cœur en plein centre du médaillon nous rappelle que toute chose accomplie sans la charité est vaine puisque contraire à l’Amour de Dieu. Puisque ces vertus mènent à Dieu, elles sont localisées face au tabernacle qui renferme la présence réelle.

De cette manière, la boucle théologique est complétée puisque le fidèle retourne, par le Fils, vers le Père éternel; commencement et fin de toute chose. »

Matthieu Lachance
Architecte spécialiste en histoire des bâtiments patrimoniaux du Québec


Le patrimoine religieux de St-Augustin

Dix ans après la parution d’un ouvrage collectif à l’occasion des fêtes du Tricentenaire de fondation de la paroisse, l’Assemblée de Fabrique, représentant la communauté chrétienne, a bien voulu publier une brochure pour faire découvrir aux Augustinoises et Augustinois, de même qu’aux gens de l’extérieur, l’architecture de l’église et du presbytère ainsi que les sculptures, les peintures et l’orfèvrerie hérités du passé.
Cette brochure se distingue des publications précédentes sur le patrimoine de Saint-Augustin, d’ailleurs fort peu nombreuses. Son originalité réside dans la définition du sujet, le traitement et la présentation. C’est la première fois que l’on édite un texte portant sur l’ensemble du patrimoine religieux de la paroisse, traitant à la fois de l’évolution architecturale de l’église et du presbytère, des œuvres d’art importantes, y compris les calvaires et le monument du Sacré-Cœur.
Beaucoup de gens ne savent pas que cette brochure existe et l’avantage qu’ils auraient à la consulter afin de mieux comprendre les efforts qui sont faits par l’assemblée de fabrique afin de conserver en bon état les trésors patrimoniaux de la paroisse.

Référence :
Titre : Le patrimoine religieux de Saint-Augustin, Québec : architecture, peinture, sculpture et orfèvrerie
Auteur : Labrecque, Paul, Fabrique de Saint-Augustin (Québec, Québec).
En vente au presbytère de Saint-Augustin au coût de 8$. Pour information: 418-878-2140.


CCIPSA :

Le Comité de Conservation de l’Ilôt Paroissial de Saint-Augustin (CCIPSA), est né de l’initiative de M. Laurent Bédard qui suite à la dissolution du précédent comité de levée de fonds 2004-2007 (spécialement créé pour la souscription de 855 000$ destinée aux réparations majeures de l’église de Saint-Augustin), a proposé de former un nouveau comité pour continuer à aider au financement de la Fabrique Saint-Augustin.

Les besoins d’aide financière pour l’entretien des bâtiments et des biens patrimoniaux de la paroisse étaient toujours présents, ce comité se chargerait d’organiser deux spectacles-bénéfices par année à l’église de Saint-Augustin.

Depuis l’automne 2008 plusieurs artistes, tous renommés, se sont produits en notre église : Richard Abel, Alain Morisod (2 fois), Laurence Jalbert, Patrick Norman, Isabelle Boulay, Renée Martel, Marc Hervieux, Mario Pelchat, Roch Voisine, Marie-Élaine Thibert et Sylvain Cossette. En octobre 2014, le spectacle de Marie-Ève Janvier et de Jean-François Breau a eu lieu à la salle de spectacle Desjardins (CCJMR).

Suite aux 14 premiers spectacles-bénéfices, une somme de 112 477.98$ a été versée par le CCIPSA à la Fabrique de Saint-Augustin pour une moyenne de 16 068.28$ net annuellement et une moyenne de 8 034.14$ de profit net par spectacle.

Cette somme a servi à la restauration du monument du Sacré-Cœur, la rénovation du garage, l’installation de rampes de protection des trois jubés ainsi que divers travaux d’entretien et de rénovation à l’église et au presbytère depuis 2008.

Encouragés par ces bons résultats, le CCIPSA va continuer l’organisation de spectacles-bénéfices afin d’aider financièrement notre paroisse qui a de grands besoins (réfection du plancher de l’église, la réparation de fissures dans le mur de l’église, l’installation d’un columbarium, la peinture de la clôture du cimetière et autres).

En plus de l’apport financier à la Fabrique, l’existence de nos spectacles-bénéfices permet au public qui nous visite de vivre d’agréables soirées, de faire rayonner dans notre milieu la paroisse de Saint-Augustin et de faire connaître notre belle église bicentenaire qui a été mise en lumière au printemps 2014. Cette dernière fait la fierté de beaucoup de gens de Saint-Augustin et des dirigeants de notre Ville. Grâce à ces initiatives le patrimoine religieux et culturel de Saint-Augustin est encore bien vivant. En 2016 ce sera le 325e anniversaire de la paroisse de Saint-Augustin et le 30 octobre 2016, le 200e anniversaire de l’ouverture au culte de notre église.

Ces résultats n’auraient pu être possible sans l’encouragement de la population et des commanditaires.